En route vers les Rocheuses


Nous voilà à peine arrivés en Alberta que nous rencontrons Peter et Trycia. Nous nous sommes arrêtés pour la collation de l’après midi en retrait de la route dans un petit chemin en terre. Trycia vient d’abord nous voir, après quelques minutes de discussion, elle nous offre rapidement de nous héberger pour la nuit. Mais voilà nous devons être dans la prochaine ville, Grande Prairie, pour le lendemain soir, à 80 km d’ici. Nous devons y être héberger par une famille de Warmshower. La distance est un peu trop longue pour être sûr d’y être. Nous hésitons et finalement déclinons son offre. Nous devons faire encore au moins 20 km aujourd’hui. Nous n’avons pas le temps de repartir que Peter, son mari, arrive. Il insiste pour que l’on vienne dormir chez eux et nous offre même de nous conduire le lendemain 20 km plus loin. Il ne nous en fallait pas plus pour dire oui. Nous dormirons dans une petite maison, juste pour nous, à côté de la leur. Peter et Trycia habitent dans un petit coin de paradis. Ils font tout par eux-même. Ils ont construit leur maison avec de la paille et de la terre, ils ont un grand jardin où poussent toutes sortes de légumes. Ils nous font un délicieux souper et nous offrent le petit déjeuner. Nous passons un excellent moment avec eux et repartons même avec quelques légumes du jardin.

Comme promis Peter nous amène jusqu’à la prochaine ville où nous pensions camper la veille, et même un peu plus loin. Merci Trycia et Peter pour votre accueil.

Nous faisons quelques kilomètres avant de nous arrêter derrière l’office de tourisme d’une petite ville pour le lunch. La dame, travaillant là, nous invite à prendre le café et nous offre quelques biscuits. Décidément notre entrée en Alberta n’aurait pas pu mieux se passer.

Nous repartons en direction de Grande Prairie où nous arrivons en fin d’après midi. C’est une ville de 60 000 habitants, ce qui pour nous est immense. C’est en effet la première ville de cette importance que nous croisons depuis le début de notre voyage à Anchorage, Alaska. On nous avait prévenus, c’est une ville en plein essor qui bouge beaucoup. A peine arrivés nous avons déjà envie de repartir. Nous trouvons difficilement un supermarché et faisons nos courses pour les prochains jours. Nous attendons une confirmation de notre hôte Warmshower qui malheureusement ne viendra jamais. Dommage mais nous continuons notre chemin et nous arrêtons dans le premier, et le seul, camping sur notre route. Le prix y est exorbitant mais le soleil en train de se coucher nous oblige à y rester. De plus Marie tombe à l’entrée du camping, sans trop de gravité heureusement. Et Kayla se fendille la lèvre un peu plus tard en tombant aussi. Quand tout va mal… Les grandes villes ne sont vraiment pas faites pour nous.

Nous repartons le lendemain sans regrets. En sortant de la ville nous rencontrons Maurice et Louise un couple de québécois que nous avons déjà rencontré à Watson Lake deux mois auparavant, ils nous ont reconnu en nous doublant et se sont arrêté un peu plus loin pour nous attendre. Nous prenons le lunch avec eux et discutons un long moment avant de reprendre notre chemin.

La prochaine ville, Grande Cache est à 180 km de là. Ce sera l’entrée des montagnes Rocheuses. Qui dit montagne dit grimper. C’est le début de plusieurs mois de montées et descentes qui nous promettent des paysages plus beaux les uns que les autres. C’est aussi la fin de la canicule que nous avons subie tout l’été. Un gros orage fait tomber la température de plusieurs degrés. En sortant nos blousons de pluie nous réalisons que nous n’avons pas eu de pluie depuis presque un mois et demi. Ils sentent un peu le renfermé mais nous ne pouvons vraiment pas nous plaindre.

En route vers les Rocheuses

 

Au bout de quatre jours nous arrivons à Grande Cache. La ville se trouve au sommet d’une colline à plus de 1300m d’altitude et est entourée de montagnes, la vue est magnifique. L’endroit parfait pour passer une journée de repos.
Nous approchons tranquillement du Parc National de Jasper. Un endroit important pour nous que nous attendons depuis longtemps. Ce parc et celui de Banff, juste à côté, sont des lieux mythiques que nous avons hâte de découvrir. Il nous faudra seulement 3 jours pour nous rendre dans la ville de Jasper, à 230 km d’ici. C’est la porte d’entrée du Parc National et nous voyons déjà plusieurs animaux que nous n’avons pas l’habitude de voir, tels que plusieurs troupeaux de wapitis et des lacs aux couleurs turquoises, cela promet.

 

Wapitis

La ville de Jasper malgré ses nombreux touristes est une ville à l’atmosphère très décontracté qui nous plait bien, nous y passons plusieurs jours pour nous reposer avant d’affronter la route des glaciers qui nous amènera jusqu’à la ville de Banff en passant par des cols à plus de 2000m d’altitude. Nous faisons beaucoup de rencontres intéressantes au camping dont plusieurs cyclotouristes de tous horizons.

Laisser un commentaire