Changement de plan


Nous quittons l’île d’Utila après 3 semaines de repos suite à l’accident de Mary. Nous retournons à la Ceiba pour revoir le docteur. La distance entre le port et la ville est de 6 kilomètres que nous n’avons pas le choix de faire à vélo. Les premiers coups de pédale sont douloureux pour le genou de Mary.

Il n’y a pas vraiment d’amélioration, la douleur au genou est toujours aussi intense. Pendant que le docteur lui donne une seconde infiltration, il nous conseille de rentrer au pays pour guérir complètement et pour ne pas aggraver sa lésion en pédalant. De plus, il nous dit qu’il faudrait passer un IRM, pour savoir exactement ce qu’elle a et ainsi obtenir les soins nécessaires à sa condition physique, chose qu’il n’est pas possible de faire sur place.

Marie dans un hôpital du Honduras

Nous avions prévu de rentrer temporairement vers la fin du printemps pour renflouer notre budget mais vu que nous ne pouvons plus avancer pour un long moment, nous pensons qu’il est préférable de devancer notre retour.

Nous profiterons de notre pause pour travailler le temps qu’il faudra et reprendre la route là où nous nous sommes arrêtés. Pour cela nous irons nous installer dans une vie plus sédentaire, en France. Nous sommes actuellement au Québec où nous passons le temps des fêtes avec la famille de Mary.

La décision prise nous recherchons des billets d’avion le moins cher possible. Nous en trouvons pour partir 2 jours plus tard. Tout se fait précipitamment, nous devons nous rendre à San Pedro Sula, en bus le lendemain et prendre l’avion le jour suivant. Pour ce faire, nous pédalons un peu jusqu’à la station d’autobus. Nous prenons un bus nous amenant à l’aéroport. Mais comme le vol n’est que le lendemain, nous pédalons de nouveau jusqu’à l’hôtel le plus près. San Pedro sula a la réputation d’être la ville la plus dangereuse au monde. Il y a des gardes armés partout. La sécurité passe avant tout, c’est pourquoi pour notre dernière nuit nous ne pouvons pas dormir dans un des hôtels les moins chers comme nous avons l’habitude de faire, mais dans un endroit plus sécurisé. De l’extérieur notre hôtel ressemble plus à un camp retranché, mais à l’intérieur tout est parfait, piscine et chambre immense nous attendent.

Mary n’est pas fâchée d’arriver à l’hôtel pour se reposer. Les 12 kilomètres aujourd’hui ont donné du fil à retorde à son genou.

Un petit luxe avant le départ du Honduras

Le lendemain, nous retournons à l’aéroport et finissons d’emballer nos effets avant de s’enregistrer. Un des superviseurs de la compagnie aérienne refuse de prendre nos vélos à son bord car ils ne sont pas dans une boîte. Et après un long moment à argumenter, Karl n’en revient pas, il voyage en vélo depuis plus de 15 ans et cela ne lui ai jamais arrivé. Deux solutions s’offrent à nous : nous ne montons pas à bord de l’avion et essayons de trouver une boîte pour nos vélos et perdons nos billets, car ils ne sont pas remboursables ou nous laissons nos vélos en consigne et essayons de trouver une solution à distance. Nous n’avons pas le choix, nous montons à bord de l’avion.

L'avion de retour Honduras-Québec

Nous arrivons à Montréal dans la nuit du 3 décembre soit 19 mois après notre départ mais cette fois-ci sans nos vélos…. L’aventure continue….

Nous profiterons de notre pause pour continuer à vous raconter nos aventures passées ou présentes.

P.S : Au moment d’écrire ces lignes, après avoir laissé nos vélos seuls au Honduras, nous venons de les récupérer, sain et sauf.

7 Réponses à Changement de plan

  1. Helene Grenier dit :

    Vraiment intéressant vous lire, j’adore. Bon retour au Quebec

    • enfant-a-bord dit :

      Merci de votre message Helene, cela nous motive à mettre notre site à jour et de continuer sur la même voie lorsque nous repartirons sur la route des 3 Amériques.

  2. André dit :

    Bon sang!

    Moi qui espérait il y’a 3 mois vous rencontrer au Brésil…Nous y étions la veille de votre retour. Sommes rentrés le 20 très déçu de voir la suite de l’automne.
    Ne me ereste qu’à vous souhaiter de retrouver le genou de Mary…Le mien a mis des mois l’an dernier à se rétablir .Et ensuite de retrouver vos vélos.
    Enfin, de vous réadapter au Québec sous le joug des libéraux. Consolation: en votre absence on s’est débarrassés d’Harper et de son triste gouvernement.Yéééééé

  3. Tiphanya dit :

    Bon rétablissement à Mary, bonne installation à vous trois. Profitez bien du Québec avant de vous éloigner à nouveau.

    • enfant-a-bord dit :

      Merci Tiphanya, nous sommes bien installés en savoie en France depuis quelques mois et retrouvons une vie plutot sédentaire. Nous mettons tout en place pour économiser le plus possible pour repartir sur la route des 3 amériques.

  4. Lise Létourneau dit :

    Bon retour au Québec et mes meilleurs vœux de prompt rétablissement à votre genou, Marie. Je vous reviens après 7 mois d’absence sur votre site, et j’ai tout lu vos péripéties d’une traite, du Yukon jusqu’au Guatémala. C’est vraiment extraordinaire la générosité de tous ces gens rencontrés et ça me réconcilie avec la nature humaine en général. Bonne continuité de votre voyage à Karl et à votre petite. J’ai bien hâte de vous lire à nouveau.

    • enfant-a-bord dit :

      Merci de votre Message Lise. Les gens sur la routes ont tous été extraordinaire tout au long de notre périple. Nous avons confiance que cela sera de même lors de notre retour en selle dans quelques années. Nous allons continuer à alimenter ce site de photos et de récits afin de le mettre à jour.

Laisser un commentaire